Côte d'ivoire | ZAPPING

Migration irrégulière

Migration irrégulière : LE BUREAU UNESCO ABIDJAN fait une sensibilisation de masse

Sensibiliser au travers des émissions, des articles, des films, des témoignages vivants d’ex-migrants pour lutter contre la migration irrégulière en passant par la diffusion des informations vraies et exactes sur une migration dans des conditions régulières, saines et officielles telle est la démarche inclusive choisi par l’ UNESCO pour  traiter la question  de la migration irrégulière avec plus de profondeur.

C’est dans ce contexte que ce Mardi 24 Novembre 2020 au sein du foyer des jeunes de Bingerville, l’UNESCO BUREAU Abidjan en partenariat avec la radio ALOBHE de Bingerville ont organisé une émission radio grand public autour du thème La migration irrégulière coûte cher et est dangereuse.

Cette activité a vu la participation d’étudiants, associations de jeunesse, autorités de la ville, ex migrants venus massivement contribuer à cette sensibilisation.

Rappelons que cette journée s’inscrit dans le cadre du projet « Autonomiser les Jeunes en Afrique à travers les Médias et la Communication ».

Au cours de cette émission les ex migrants présents ont partagé une partie de leur aventure.

M. Assi, ex migrant raconte : « Nous étions plus de 51 dans une fourgonnette, entassés comme du bétail. A peine 1h de route et nous étions étouffés, fatigués parce que nous ne recevions pas d’air.

Arrivés au premier arrêt, nous devions escalader des montagnes très hautes et remplies de petites épines, étant épuisé par le trajet, la faim, je me suis évanoui après la première tentative. A mon réveil j’étais seul dans la montagne les autres avaient continué sans moi … j’ai pu m’en sortir par le plus grand des hasards.  Aujourd’hui je ne conseille à  personne d’emprunter ce chemin, j’y ai mis toutes mes économies, ma vie était en jeu, plusieurs de ceux avec qui j’étais dans la fourgonnette n’ont pas survécu »

Les chiffres des différentes organisations et structures en charge de la question donnent des bilans tragiques dont les détails font peur et donne des sueurs froides. 3 500 personnes ont perdu la vie en mer en 2014, 3 711 en 2015 et pour le 1er trimestre 2016, ce sont 2 814 décès enregistrées par les nations unies.

En moyenne, ce sont plus de 300 personnes qui meurent chaque mois en mer, soit 10 décès par jour du fait de la migration irrégulière.

Engageons-nous donc avec l’UNESCO pour freiner ce fléau .

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.